Partagez|
Prologue
avatar
Âge : 4
Date de naissance : 06/04/2013
Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 13/07/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Prologue Sam 19 Juil - 18:42
Le prologue de l'histoire
Les fondements de l’univers…


Au début des temps vivaient deux entités fondatrices titanesques : Palazür et Psyölingas. L’un fut créé par les sombres cavités du Néant, l’autre par l’intense cosmos illuminant l’infini. Liées par une destinée commune, les divinités concentrèrent leurs pouvoirs afin de façonner à leur image leur première création. C’est ainsi que Palazür - le père créateur - créa Luranôs à partir de la foudre et Zambâr avec le feu. Psyölingas - la mère créatrice - fit naître Lufénia à partir de la terre, et Dempêst grâce à l’air. La dernière divinité, Néthys, fut créée par un accord entre les deux entités, qui décidèrent d’y mettre chacun une partie de leur pouvoir. Façonnée par la glace et l’eau, elle vint au monde en dernière. Érigées au rang de leurs aînés, les cinq nouvelles entités découvrirent qu’elles avaient, à la différence de leurs créateurs, des sentiments. Errants dans la faille sans fin de l'éternel espace, elles cherchèrent un but à leur existence, qui jusqu'ici n'était qu'une ennuyeuse odyssée dans le néant meurtrier. Lufénia étant sensible à cette situation, aspira à fonder quelque chose avec le seul compagnon qui ne la laissait pas indifférente. Bien que ténébreux et solitaire, Luranôs ne resta pas insensible et indifférent au charme de cette créature douce et bienveillante. Dans sa solitude, il accepta de fonder une vie avec elle. C'est alors qu'ils s'unirent et créèrent sur l’unique planète à leur portée, une région gigantesque et somptueuse, qu’ils appelèrent Cranä. Quatre contrées furent départagées géographiquement plusieurs siècles plus tard, avec Spira au nord-ouest, Gaïa au sud-ouest, Terra au nord-est et Héra au sud-est.

De l’union du couple divin, naquirent deux enfants qu'ils appelèrent des « Galadrims », d'une puissance telle, qu'elle égalait celle de leurs parents. L'un fût appelé Énuma par son père, l'autre Lücian par sa mère. Jumeaux, les nouveaux-nés grandirent très vite et devinrent rivaux. Intrinsèquement opposés, le frère et la sœur se découvrirent des pouvoirs incommensurables. Lücian créa ainsi le soleil, le jour et la lumière ; Énuma la lune, la nuit et les Ténèbres.

Avec le temps, chaque divinité découvrit qu’elle possédait un trait caractéristique que nulle autre n’avait ; une caractéristique unique qui serait pour chacun dans un futur proche synonyme de dissension. En effet, dans leur volonté de création, les deux dieux primordiaux avaient insufflé dans chaque être sous son ascendance un caractère. Alors que Palazür avait gardé en lui l'avarice, il donna à Luranôs l’envie, et à Zambâr la colère. Psyölingas ayant gardé la luxure, donna à Lufénia l’orgueil, et à Dempêst la paresse. Néthys hérita du dernier des caractères, à savoir la gourmandise. Des années durant, le dernier trio divin eut une relation compliquée et conflictuelle, avec Néthys cherchant les faveurs de Dempêst - très solitaire et aveugle à ses charmes - tout en ignorant l’amour passionnel de Zambâr.

Alors que leurs vies semblaient donner plus de considération à leur existence d’années en années, Luranôs ne put supporter longtemps d'errer dans cette lugubre prison de vide. Il voulut lui-même devenir vivant et errer sur cette planète qu’ils avaient surnommé « Valyä », comme un être libre, ressentant tout. Et ce rêve était à portée de main avec ce continent qu’il avait créé avec son épouse. Dans l’ombre, son propre père devina son projet, et prit conscience qu’il ne pouvait y avoir autant de créateurs au même endroit. Regrettant d’avoir donné vie à des êtres aussi puissants que lui, Palazür décida d’insuffler dans l’esprit de son fils préféré un poison lent et pernicieux. Pour faire croire à celui né de la foudre que son rêve était possible, il l’incita à réaliser l'impensable ; tuer sa propre femme et ses confrères afin de s'approprier une force suffisante pour se matérialiser sur Cranä, sa force seule ne suffisant pas. Complètement ensorcelé par les sombres pensées de son père, Luranôs tenta de supprimer en premier Lufénia. Heureusement, celle-ci, avertie par les pouvoirs de Néthys, put prévenir son enfant le plus apte à arrêter son père : Lücian.

Alors que le combat faisait rage dans le cosmos, les dieux se rassemblèrent pour juger de la discorde. Énuma intervint pour défendre son père face à sa sœur jumelle, la jugeant lâche et irrespectueuse. Sans pouvoir expliquer les faits, Lücian vit son père devenir bien plus calme et désorienté. Ayant profité du désordre, Palazür avait relâché son emprise sur Luranôs, afin de le faire passer pour innocent. Entravée par les pouvoirs du dieu sombre, Néthys ne put prouver ce qu’elle avait lu dans l’esprit de son père, et c’est avec violence que Zambâr accusa Lücian d’avoir fomenté un complot pour s’emparer de l’essence divine de son père. Impuissante face à tant de rage, Lufénia constata que tout était perdu, lorsqu’elle ne put contacter Psyölingas qui était partie dans les tréfonds du cosmos en quête de savoir. Galvanisés par tant de violence, Énuma et Zambâr furent poussés à tuer Lücian sous l’impulsion de Palazür qui usa de son autorité suprême en jugeant la jeune déesse. Dépassée par les attaques divines du dieu du feu et de son frère jumeau, la déesse lumineuse fut grièvement blessée. Dans un élan désespéré, sa mère s’interposa alors que le coup de grâce s'abattait sur elle. Blessée à son tour, elle repoussa ses adversaires et découragea Énuma qui refusa de tuer sa propre mère. Palazür déploya alors toute son autorité et obligea Zambâr à rendre la justice. D’une fierté sans faille, Lufénia permit à sa fille de se matérialiser sur Cranä afin de la sauver, celle-ci en étant incapable dans son état. Elle se sacrifia et donna sa force à Lücian, qui disparut en un éclair vers cette contrée inconnue.

Désintégrée, Lufénia disparut en un milliers d’étoiles devant le regard pétrifié de Luranôs, ne comprenant pas ce qu’il s’était passé. Comprenant qu’un chapitre de leur histoire se finissait, les dieux quittèrent le cosmos et allèrent sur Cranä, abandonnant leur enveloppe divine et acceptant de voir leurs pouvoirs diminués. Luranôs mit fin à son existence peu de temps après Lufénia, ivre de chagrin et de désarroi. Énuma jura de se venger de sa sœur. Palazür, déterminé à conquérir Cranä sans être diminué par le transfert cosmique, réfléchit à un moyen de se téléporter sur la planète sans perdre ses pouvoirs. Arrivée après le massacre, Psyölingas comprit les méfaits de son alter-égo grâce à ses pouvoirs de prémonition, et l’enferma avec toute sa puissance dans une prison cosmique avant de se désintégrer, afin que celui-ci y soit emprisonné pour l’éternité. Ainsi se termina l’âge des dieux. Toutefois, une nouvelle vie commença là où on ne l’attendait pas.

Le Commencement du Mythe...


Alors que les dieux dépérissaient, une race nommée « Silmérians », qui avait débarqué sur Cranä par bateaux plusieurs années auparavant, fut bénie par la mort de ces géants des étoiles. Avec la venue des dieux sur la contrée, de nombreux galadrims furent créés. Fragiles et ignorants, les silmérians découvrirent que la venue des dieux n’était pas qu’un phénomène incroyable ; elle leur avait donné des dons mystiques. Maîtrisant les sept éléments des dieux, ils s'affirmèrent et devinrent la race suprême de Cranä. Au courant de l'existence des esprits, les silmérians ne les voyaient que rarement. Selon la légende, il était dit que chaque race de galadrim choisissait un hôte, digne de porter leur force et leur pureté. Les galadrims étaient ces fameux enfants des dieux fondateurs du monde, qui ne prenaient parti ni pour le bien ni pour le mal. Il était dit que leur point de vue changeait lors de leur vie avec un hôte, tout simplement car ils adoptaient le point de vue de leur maître, ainsi que leur caractère. Selon les livres écrits, des familles étaient choisies depuis des générations par des esprits, tout simplement car leurs membres avaient prouvé qu'ils pouvaient détenir leur force. Ayant besoin d'un hôte pour survivre, les galadrims entamaient alors un cycle, qui s'appelait le cycle de la réincarnation, et qui permettait à une famille de garder de génération en génération l'esprit qui les protégeaient. Seulement, cet équilibre ne restait intact que si l'hôte périssait d'une mort naturelle, pas d'une mort voulue ou d'une mort par le fer et le sang. Si cela devait arriver, alors l'esprit entamerait un nouveau cycle et abandonnerait la famille, pour ne réapparaître qu’un siècle plus tard en quête d’un autre hôte. Les souvenirs du galadrim se dévoilaient avec le temps à l'hôte, lui laissant voir tous les anciens souvenirs des autres hôtes précédents. Si une famille restait pendant plusieurs générations, l'esprit pouvait alors révéler ses souvenirs depuis la création du monde. Seulement ceci n'était jamais arrivé. C'est alors, après des siècles de paix et de prospérité, qu'un terrible engrenage de dévastation se profila au loin, et provoqua la guerre de l’an 58 du deuxième âge de Cranä, exterminant bon nombre d’hôtes silmérians et scellant des alliances et des rivalités qui aujourd’hui encore demeurent puissantes. Après la guerre, beaucoup de camps furent divisés, et les races des galadrims, comme les familles les possédant depuis des générations, cultivèrent entre elles une haine sempiternelle, notamment concernant les Värdas et les Ërendyls.

Nous sommes actuellement en l’An 158 du deuxième âge de Cranä. Les galadrims ayant disparu du fait de la mort de leurs hôtes il y a un siècle pendant la guerre, ont réapparu et cherchent d’autres porteurs. De nombreuses crises politiques parcourent les contrées et un mal indicible semble s’être mis en action ; à l’intérieur des terres ; mais aussi d’ailleurs ; plus haut dans les étoiles…
Il ne tient qu’à vous de choisir ce que vous ferez des pouvoirs en votre possession. Serez-vous soumis à une destinée tissée par les dieux ? Serez-vous celui ou celle qui change le destin ? Bienvenue sur Cranä Legends !
PrologueVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Prologue à La Tempête : Covenants] Le départ
» [Prologue à La Tempête : humains] L'escale
» [Vidéo] Boutique Bionifigs : Prologue
» Prologue : Rotterdam - Rotterdam
» Lost Planet 2