Partagez|
Astrëa ~ « La Liberté appartient à ceux qui l'on conquise. »
avatar
Âge : 23
Date de naissance : 09/05/1994
Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 08/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Astrëa ~ « La Liberté appartient à ceux qui l'on conquise. » Mar 8 Nov - 22:59

Cranä Legends © Fiche personnage


L'hôte silmérian

Sexe : Femme
Âge : 20 ans
Discipline : Conjurateur
Élément : Lumière
Allégeance : Néthys
Guilde : Brisevent

Aspect physique : Astrëa n’est pas de ces femmes qui passent inaperçues ou qu’on ignore avec dédain et mépris. L’allure fière, le regard assuré et la démarche droite, on s’écarte à son passage et on se tait quand elle parle. D’elle émane un certain charisme qui attire et intrigue à la fois, sans aucun doute du au sang royal coulant dans ses veines. On a envie de l’approcher mais on hésite. Elle semble inaccessible, intouchable et pourtant si proche. C’est comme une fleur épineuse qu’on s’interdirait de cueillir de peur de se blesser.

Ses traits sont délicats et réguliers bien qu’anguleux. Son corps est finement sculpté, bien que non taillé pour un combat rapproché. Douée d’une bonne agilité, Astrëa use de sa souplesse pour pallier son manque de force par rapport à ses adversaires. Comme tous ses congénères déshérités ou de basse naissance, la rage de vivre est son plus grand atout.

La jeune femme porte le plus souvent d'élégants habits en tissus fins et en cuir de qualité. Quelques fois, il lui arrive d’ajouter à sa tenue une pièce de métal pour lui assurer plus de protection, bien qu’Astrëa n’apprécie guère sentir ses mouvements diminués par le poids de cette matière. Elle garde toujours sur elle un poignard à la lame noire empoisonnée qu’elle dissimule soigneusement.

Ses cheveux immaculés tombent le long de son dos tel une avalanche neigeuse. Elle tient cette étonnante couleur de son galadrim Eressëa qui l'a marqué ainsi. Fins et légèrement ondulés, c’est sans nul doute l’un de ses attributs féminins qu’elle affectionne le plus et qui reflète le mieux la belle jeune femme qu’elle est. Astrëa préfère d’ailleurs les garder lâchés, libre de voleter au gré des rafales, bien que parfois lui plaisent une tresses ou deux pour agrémenter sa longue chevelure lui donnant une allure faussement angélique.

Ses yeux viennent parer son visage de joyaux bleutés, semblable au ciel infini qu’elle aime tant admirer. Il n’est pas aisé de parvenir à déceler de la douceur dans son regard. Seule une forte détermination y est perceptible et une lueur de défi les habite. Perçant jusqu’à en devenir déstabilisant pour celui qui s’y attarderait un peu trop, ses iris paraissent capable de lire l’âme de ceux que la demoiselle regarde. C’est pourtant ces mêmes prunelles qui ont fait chavirer bien des cœurs.

Somme toute, Astrëa est une femme à la beauté froide et impénétrable.

Caractère : Astrëa est certes connue pour sa plaisante enveloppe charnelle mais également pour son tempérament tempétueux. Elle n’est pas femme à garder sa langue dans sa poche ni à baisser les yeux face à un homme ou à quiconque de plus fort ou plus aisé qu’elle. D’un aplomb certain et d’une insolence à peine dissimulée, la demoiselle fait ce qu’elle a envie et dit ce qu’elle pense. Elle n’aime pas qu’on lui résiste et se plait à user de ses charmes si besoin est. Et si la manière douce n’a pas les effets escomptés, alors elle passe au chantage, au marchandage, ou plus radical, la manière forte. Après tout, Astrëa n'est pas n'importe qui. Bien qu’elle ait plus d’esprit que tous les rustres habitués des tavernes et des beuveries réunis, elle n’en reste pas moins une conjuratrice plutôt douée afin de contrecarrer son élément à vocation plus curative.

Farouche, Astrëa n’apprécie guère qu’on l’approche sans y avoir été invité et en ce sens, son galadrim Eressëa et elle se sont bien trouvés. Constamment sur ses gardes, elle ne fait pas confiance à ses congénères, leur préférant la compagnie de ses galadrims sans nul doute. En tant que femme, loin d’elle toute idée naïve ou utopiste, elle sait à quoi s’en tenir et de quoi est fait l’esprit d’un homme, surtout quand les effluves de l’alcool s’y mêlent. Quand on est né et a vécu loin de son foyer d'origine, on se forge une carapace, sinon on se fait écraser, ni plus ni moins.

Cela dit, Astrëa n’est pas que cette apparence de froideur aux essences amères. C’est aussi une femme qui se révèle douce et compatissante envers plus faible qu’elle. Peu encline à se mêler de ce qui ne la regarde pas, elle n’hésitera pourtant pas à prendre parti si elle est témoin d’une scène de violence gratuite ou d’un forfait sur un pauvre malheureux. Elle a des principes et une éthique à laquelle elle ne dérogerait pour rien au monde. La jeune femme respecte ceux qui le méritent et remet à leur place tous les autres, même si cela peut lui attirer des ennuis au grand damne de ses galadrims. C’est sans regret qu’elle vit sa vie comme elle l’a choisi, peu importe que ça déplaise à certains. Et c’est certainement pour cela qu’Astrëa obtient à son tour le respect et parfois même la reconnaissance de quelques-uns. C’est une femme de parole qui ne s’en prendrait jamais en traitre à quelqu’un et qui s’en tient à ce qu’elle dit.

En revanche, c’est aussi une demoiselle rancunière qui fait payer les affronts qu’on lui fait. Non pas qu’elle aille jusqu’à tomber dans le piège de l’égocentrisme, il faut tout de même admettre que la silmériane a une fierté à laquelle elle tient fortement et se considère au-dessus de la majorité des gourdiflots et malotrus qui jalonnent son existence. Il vaut mieux ne pas trahir le peu de confiance qu’elle daigne donner parce qu’il n’y a pas de seconde chance avec elle. Astrëa ne s’embarrasse pas de compagnie superflue et indigne.

Femme de poigne en dépit de sa jeunesse et même de son apparence, elle est aussi et surtout celle qui voue sa vie à l'apprentissage de son élément dans un but essentiellement bienfaiteur. C’est en faisant preuve de patience et de persévérance dans son quotidien qu'elle atteint ses objectifs et qu'elle dompte son propre don. C'est en sauvant des vies qu'elle tire sa plus grande fierté. Et pourtant, son but ultime serait de pouvoir également s'en servir en tant qu'arme. Hélas, bien trop souvent à son goût elle fut contrainte de confier sa vie à ses galadrims, n'étant pas capable de faire face elle-même. Trop faible ? C'est en effet une pensée qui parfois vient hanter ses nuits, sans compter le fardeau de ses aïeuls qu'elle porte bien malgré elle et qui ne sauraient la laisser pleinement en paix.

Relation avec les galadrims : - Eressëa : Pour Astrëa, Eressëa est tout ce qui lui fut arraché précocement et combla les vides béants laissés derrière. Plus qu’un simple compagnon de vie, elle est la mémoire vive de son passé et son pilier dans les moments les plus sombres et orageux de sa courte existence. C’est en elle que la silmériane puisait sa force quand son courage vacillait. C’est à elle qu’elle confiait la moindre de ses pensées. Et c’est aussi en parti pour elle qu’elle s’accrocha à l’espoir d’un avenir plus clément. Elle lui est précieuse au-dessus de tout autre.
- Balrög : Astrëa ne saurait que dire concernant son étrange relation avec son second galadrim. Elle lui accorde sa confiance et le respecte autant pour ce qu’il est que pour ce qu’il a fait pour elle jusque-là. Pour autant, c’est totalement différent d’avec Eressëa qu’elle a toujours connu. Elle commence à le connaitre et à comprendre comment il « fonctionne » mais s’oblige quelques fois à prendre des pincettes avec lui. Non pas qu’il lui fait peur, mais elle s’en voudrait de le vexer. Quoi qu’il en soit, et contrairement à ce qu’en pense Eressëa, elle l’apprécie. C’est grâce à lui qu’Astrëa a découvert qu’elle était conjuratrice.
Au fond d’elle, mais sans vouloir se l’avouer, Astrëa a peut-être pactisé avec lui car elle s’est dit que contrairement à Eressëa qui lui dicterait toujours la prudence, lui saurait la rendre plus impétueuse. Et le moment venu, si elle doit faire des choix parfois discutables, elle espère que Balrög saura nuancer sa pensée et lui prêter main forte.



Le galadrim

Sexe : Femelle
Race : Ërendyls
Élément : Vent

Aspect physique : L'apparence véritable d'Eressëa  pourrait se rapprocher de celle d'un loup géant, bien qu’elle diffère en de nombreux points. Le galadrim est pourvu d’un corps harmonieusement formé, possédant de longs membres et une musculature puissante. Elle est un peu plus grande qu'un cheval, soit environ deux mètres au garrot, quoi que bien plus redoutable. Pour cette raison, elle a accepté de servir également de monture à son hôte. Son pas est particulièrement rapide et souple. A vive allure, on la croirait dotée d'ailes, ce que certains lui attribuent bien volontiers grâce à sa parfaite maîtrise des vents. Elle dégage une aura noble et une allure presque altière, ce qui force autant l'admiration que la crainte.

Pourvue d'un magnifique et épais pelage de la couleur de la Lune allant jusqu’à former une crinière à son cou, il est et demeure immaculé en toute occasion. Au niveau de son arrière train, neuf longues queues bien distinctes prennent naissance. Mais sa particularité la plus remarquable est sans nul doute au niveau de sa tête. Dépourvue d’oreilles et d’yeux, c’est par son étrange face entièrement noire qu’Eressëa parvient mieux que quiconque à percevoir ce qui l’entoure. Cela s’apparente à un système à mi-chemin entre le sonar et les ultrasons qui lui permet de détecter n’importe quoi à près d’un kilomètre à la ronde. C’est aussi par ce biais que les vibrations sonores sont réceptionnées. Quand le galadrim se concentre, cette excroissance prend alors de surprenantes teintes changeantes variant du mauve au bleuté, non sans rappeler les cieux d’où viennent ses ancêtres.

Depuis la fuite de l'ancienne Reine d'Algalar, Eressëa conserve une enveloppe diminuée, celle d'une louve (voir image), afin de ne pas attirer l'attention sur elle et son hôte.

Caractère : Eressëa, bien que dotée d'une forte personnalité étonnement semblable à celle de son hôte, est aussi la parfaite représentation la sagesse d’esprit. Elle semble en effet faire bon usage de ses nombreuses vies passées aux côtés des ancêtres d’Astrëa. Communiquant exclusivement par télépathie, elle n'hésite néanmoins pas à dire ce qu'elle pense et ne parle jamais pour ne rien dire, préférant de loin un silence évocateur à des bavardages superflus. Chacun de ses mots est soigneusement choisi et pesé, ce qui pousse souvent Astrëa a cogité là-dessus, persuadée qu’un possible sens caché y est dissimulé.  Reconnue pour son esprit aiguisé et réfléchi, Eressëa a depuis toujours été de bons conseils.

Conservant un instinct sauvage propre aux galadrims de sa race, il n'est pas chose aisée de gagner sa confiance ou même de trouver grâce à ses yeux. En revanche, un seul faux pas et tout prend fin. La divinité laisse pourtant apparaitre un côté plus maternel et doux à l'égard de son hôte. Son calme et sa capacité d'écoute sont un soutien indéniable pour Astrëa qui ne confie ses doutes et ses hésitations qu’à elle seule. La jeune femme voit en elle un véritable guide en qui elle a toute confiance.

Relation avec l’autre galadrim : Eressëa n'a jamais caché son dédain à l'égard de Balrög. Pour elle, il n'est pas digne de confiance et est convaincue qu'il n'apportera que souffrance et désolation à tous ceux qui le côtoient. Il n'est pas rare qu'elle remette en question ses actes et ses rares paroles. Elle ne comprend pas pourquoi son hôte a accepté ce pacte. Cela conduit parfois à des situations d'une extrême tension que la silmériane tente tant bien que mal de désamorcer. Néanmoins, quoi que puisse en penser la divinité du Vent, Balrög ne lui a jusqu'à lors jamais donner l'occasion de conforter son opinion et elle lui reconnait tout de même faire son possible pour protéger Astrëa. C’est sans nul doute la seule bonne chose qu’elle lui accorde.

Relation avec l'hôte : Eressëa fut le premier galadrim d'Astrëa, c'est celui de la famille qui se transmet de génération en génération depuis fort longtemps. La louve a vu grandir son hôte au fil des années et ne s'est jamais détournée d'elle, lui prodiguant conseils et réconfort. C’est donc une confiance réciproque inébranlable qu’éprouvent les deux êtres l’un envers l’autre. Petite, Astrëa suivait toujours religieusement les paroles de son galadrim. Hélas, en grandissant elle s’est affirmée et eut de plus en plus tendance à n’en faire qu’à sa tête. L’exemple le plus flagrant fut au moment de pactiser avec Balrög. Néanmoins, Eressëa ne doute pas que les actes de son hôte soient motivés par de bonnes intentions, bien que l’impulsivité et l’inexpérience dont elle peut faire preuve l’inquiète quelques fois. Eressëa ne permet à personne de la toucher, à l'exception d'Astrëa.

Eressëa marque ses différents hôtes d'une couleur atypique de cheveux, le blanc rappelant son propre pelage. C'est en ça que les membres de la lignée sont connus et reconnus. Bien évidemment, Astrëa n'a pas fait exception à la règle et de brune de naissance, elle est passée à la blancheur de la Lune.
D’aussi loin qu’on se souvienne, Eressëa n’a pactisé qu’avec des femmes, bien que comme pour de nombreux galadrims, ses critères de choix soient quelques peu flous. Au fils des générations, elle devint le symbole de l’ancienne royauté d’Algalar et ses souverains successifs ne pouvaient prétendre à ce trône que si Eressëa devenait leur galadrim. C’est pourquoi il n’y eut que des femmes au pouvoir avant que le conseil ne vint se substituer au système royal.



Le galadrim

Sexe : Mâle
Race : Zalafürs
Élément : Ténèbres

Aspect physique : Sous sa véritable forme, Balrög apparait semblable à un démon glaçant le sang de quiconque l'aperçoit. Sa peau bleutée telle une nuit sans Lune, épaisse et rugueuse, est traversée au niveau du visage par quelques traits rougeâtres. Deux énormes cornes prenant naissance de chaque côté de sa mâchoire remontent vers le haut de son crâne. Des crocs aussi grands que ceux d'un ours dépassent de sa bouche. Doté d'une imposante musculature, il domine de trois têtes au moins le plus grand des silmérians. Son apparence toute entière rebute et effraie. Pour cette raison, il arbore généralement une enveloppe silmériane, celle d'un homme balafré à la peau sombre entièrement vêtu de noir et d'acier. Encapuchonné, ce sont surtout deux yeux d'un bleu très foncé qui luisent et indisposent ceux qui le dévisageraient un peu trop longtemps.

Caractère : En dépit de son effroyable apparence, Balrög n'est pas le monstre sanguinaire sans foi ni loi qu'on s'imagine de prime abord. Certes, ce n'est pas non plus un être de douceur et il se montre aisément bourru et abrupt, parfois même cinglant. C'est avant tout un guerrier redoutable quoi qu’impulsif. Il n'est loyal qu'envers lui-même et son hôte. Le reste du monde, il s'en fout royalement. Peu enclin à recevoir des ordres, il sait néanmoins très bien ce qu'il doit faire pour servir ce double intérêt. Nul ne saurait dire avec précisions quelles atrocités il a pu commettre par le passé, il semble toutefois qu'il se soit quelque peu adouci en compagnie d'Astrëa. Peu causant, il répond la plupart du temps par des sons gutturaux. Il n'apprécie guère qu'on fasse fi de son opinion quand il daigne le donner et peut alors s'emporter quand on s'oppose à lui. Il ne faut surtout pas s'aviser de l'insulter de quelque sorte que ce soit, c'est un galadrim très fier, susceptible et surtout rancunier. Naturellement plus enclin à achever une vie qu'à l'épargner, il le fait pourtant si son hôte le lui demande.

Relation avec l’autre galadrim : Balrög n’est pas sans avoir conscience de la méfiance qu’Eressëa éprouve à son égard et n’a jamais vraiment chercher à briller à ses yeux. Clairement, la seule chose qui lui importe est la vie de son hôte. Lui sait à quoi s’en tenir à ce niveau, même s’il peut lui arriver de titiller la louve quand il est d’humeur. En combat, on pourrait presque croire qu’une sorte de rivalité les oppose, chacun s’estimant plus à même que l’autre d’être le galadrim d’Astrëa. Autant Eressëa peut aisément le prendre à cœur, autant pour Balrög c’est plus un divertissement. Dans le fond, Balrög envie ce lien millénaire qui unit la divinité du Vent à la lignée d’Astrëa car il sait que peu importe ce qu’il pourra faire ou dire, il n’aura jamais l’équivalence d’Eressëa dans le cœur de son hôte. En quelque sorte, il souffre d’avoir été dépourvu de ses souvenirs et projette cette frustration sur Eressëa. Pour autant, il ne lui veut aucun mal.

Relation avec l'hôte : Balrög est en quelque sorte la part sombre de l'âme de Astrëa. C'est peut-être parce qu'il a senti en elle une sorte de dualité de conscience entre le bien et de mal qu'il l'a choisi. Il a été séduit autant par son bon cœur, chose qui lui parut plus divertissant qu'autre chose à l'époque, que par une certaine ombre grandissante. Quand Astrëa le vit pour la première fois, elle ne fut pas gagnée par la peur mais plutôt intriguée. Cela désappointa Balrög, plus coutumier des cris et des supplications. Il apprécie le respect et la confiance que son hôte éprouve à son égard, bien qu'à de nombreuses occasions elle soit aussi la main qui vient le freiner sur le champ de bataille. Ainsi, la silmériane est autant sa part de lumière que lui est sa part d'obscurité. Au delà du pacte qui les unit, Balrög considère comme un bien précieux la vie de son hôte, chose que même la pire des tortures ne le pousserait pas à avouer à voix haute.



Histoire

D’aucuns disent que nous sommes maître de notre destin, qu’il suffit de tendre les bras et de s’en saisir. C’est peut-être vrai pour certains, mais ce ne fut pas le cas pour Astrëa. Son avenir est tout particulièrement le fruit de son passé, un passé auquel elle n’a jamais pris part et qui détermine pourtant tout de sa vie d’aujourd’hui. Cela changera.


PROLOGUE D’UNE VIE.

Ainsi, bien avant le premier conseil dirigeant d’Algalar, une famille royale gouvernait la cité. Un nom, un galadrim, une bannière, un trait caractéristique. Voilà en quoi elle pouvait être résumée. Les Thärsten, c’est comme ça qu’ils s’appelaient. Aujourd’hui encore ce nom demeure évocateur à l’oreille des silmérians de la ville, en bien ou en mal. Leur règne était intimement lié à leur galadrim, l’un n’allant pas sans l’autre, comme cela existe par-delà d’autres contrées. C’était donc à celui qui héritait du galadrim que revenait la succession, et curieusement ce ne fut que des femmes. Pour cette raison, et tout naturellement, c’est à son image que la bannière de la famille fut dessinée. On y distinguait Eressëa, le galadrim à la silhouette lupine. En outre, sa fusion avec son hôte provoquait systématiquement la même altération physique, des cheveux immaculés.

Durant plusieurs siècles, la même famille régna dans une relative paix. Rien ne laissait présager ce qui allait se passer, de quelle façon cela prendrait fin. Et pourtant, le changement, fourbe et silencieux, était en marche. La famille royale fut destituée par un violent coup d’Etat instigué par les plus proches conseillers de la Reine en place, Padmä, devenus trop avides de pouvoir et cupides. L’ordre fut secrètement donné de l’assassiner afin de mettre un terme au cycle de réincarnation d’Eressëa, craignant que ceux favorables à la royauté ne soutiennent son hôte malgré tout. Mais par une habile manœuvre dont le galadrim fut à l’origine, la souveraine parvint à en réchapper tout en se faisant passer pour morte. Ayant fait allégeance à Néthys et grâce à sa bénédiction physique, elle créa un double en tout point identique dont elle mit en scène la mort. Cela fut sans nul doute à l’origine d’une des plus grandes fourberies de l’Histoire…

Bien qu’elle eut la vie sauve, la Reine déchue perdit tout, à l’exception de sa fille et de son précieux galadrim. Elle trouva refuge chez des amis de confiance, dans l’enchanteresse cité d’Enyä, la plus éloignée de toute et donc potentiellement la plus sécuritaire pour une souveraine en fuite. Elle usa de quelques subterfuges afin de se fondre dans la population, se teignant les cheveux et abandonnant son nom pour celui de Melanthä. Eressëa n’apparut plus sous sa forme originelle mais sous celle d’une louve blanche ordinaire. Peu à peu, mère et fille se construire une seconde vie ici, mais non sans oublier de jeter un regard en arrière de temps à autres afin de ne jamais oublier où est leur véritable place.

C’est ainsi que les années filèrent comme le vent. Le nom des Thärsten fut soigneusement effacé des mémoires collectives, bien que de nombreux soutiens demeurèrent dans l’ombre, noyé entre l’espoir et le désespoir. Un conseil prit la place de la royauté, comptant bien évidemment les anciens conseillers royaux, traites aux yeux de certains, libérateurs aux yeux des autres. Se croyant victorieux, ils se complaisaient dans cette existence ostentatoire et en profitèrent pour rafler autant de richesse que leur statut le leur permettait. Cela finit par éveiller les consciences et le grondement du peuple ne tarda pas à se faire entendre. C’est sans doute en voulant en tirer parti qu’un membre dudit conseil tenta à son tour un coup d’Etat dans le but de réinstaurer la royauté, se réclamant alors le légitime souverain au prétexte fallacieux qu’il était fiancé à l’ancienne Reine. La vérité était qu’il avait été de mèche avec les conseillers véreux et qu’il voulait s’approprier le trône depuis le début. Clamant haut et fort sa loyauté pour les Thärsten, il usa de ce nom pour servir ses intérêts. Ceux qui avaient soutenu Padmä, même après sa mort prétendue, se laissèrent séduire par cet homme. Hélas pour celui-ci, son implication dans la chute de la royauté fut dévoilée au grand jour et il fut mis au fer sur l’heure.

Toute cette agitation malmena grandement la cité d’Algalar. Il fallait réagir au plus vite pour éviter qu’elle sombre dans le chao. C’est ainsi que le premier conseil fut démantelé et ses membres allèrent tenir compagnie au fauteur de trouble dans un sombre cachot. La lignée royale ayant disparu aux yeux du monde, personne n’envisagea de successeur au trône, il fallait tourner définitivement cette sanglante page. Un tout nouveau conseil vit le jour, plus juste et impartial cette fois. Dès lors, une paix politique pu s’installer.

A Enyä, l’ancienne Reine suivit de loin ces bouleversements. Elle fut tentée de refaire apparition peu avant que le nouvel ordre voit le jour, mais Eressëa l’en dissuada.

« Le temps n’est pas venu. » avait-elle dit.

Car ce n’était plus à elle de reconquérir sa place au sein d’Algalar. Un jour viendra peut-être où une de ses descendantes devra le faire. Mais pour l’heure, la prudence prédominait. Nombre de dangers rodaient encore. Il importait de garder secret la survie des Thärsten.


SOUFFLE PREMIER.

C’est ainsi que trois générations plus tard, Astrëa vint au monde une nuit de pleine Lune. Sa mère malheureusement ne supporta pas l’accouchement et s’éteignit peu après avoir pu contempler une seule et unique fois le doux visage de son enfant et y déposer un baiser.

C’est donc sa grand-mère, Calanthä, actuelle hôte du galadrim de la famille, qui devint son unique parent proche. Nul ne savait qui était le père de la fillette, sa génitrice ayant gardé son identité pour elle seule. Unique descendante en ligne directe des Thärsten, c’était Astrëa, ainsi qu’on la nomma, qui serait le prochain hôte d’Eressëa. Il était écrit que la petite fille et la divinité du Vent seraient unies un jour prochain par le pacte. Les origines véritables de la famille étant un secret transmis uniquement aux hôtes d’Eressëa, chargée d’en entretenir la mémoire, ceci afin de s’assurer que l’information ne fuite d’aucune façon.


ILLUMINATION.

Les saisons défilèrent et la demoiselle grandit, bénéficiant d’un certain confort dans le réputé établissement des Bains d'Enyä tenu par sa grand-mère, en dépit du reste. Très jeune elle démontra son affinité avec l’élément de la Lumière et fut dès lors confiée à un maître d’expérience afin de lui enseigner sa maîtrise. Par un heureux hasard, ce n’était pas ce qui manquait à Enyä. Eressëa demeurait toujours à proximité de la jeune fille, soucieuse de son bien-être car dernier espoir de réincarnation pour le galadrim et ultime espoir de réhabilitation pour sa famille. De ce fait, une forte complicité s’installa avant même que le pacte ne fut conclu entre elles. Elle incita véritablement Astrëa à se concentrer pleinement sur la maitrise de son élément. Lors de ses entrainements, cette dernière se révéla être une élève attentive et déterminée. Malgré la difficulté de maîtrise bien connue des éléments originels, la silmériane ne flancha pas. Mais à son grand damne, son maître ne lui enseigna que l’aspect curatif de son élément, et même si elle était heureuse et fière d’être capable de sauver des vies, cela ne lui suffisait plus. Ayant appris l’essentiel de ce qui pouvait l’être à ce niveau, Astrëa se mit en tête de trouver le plus renommé de tous les élémentalistes de la Lumière pour le convaincre de lui enseigner son savoir. Jusqu’à maintenant, ses recherches se révélèrent vaines.


LIEN PERDU, LIENS TISSÉS.

Vers l’âge de seize ans, Astrëa devint définitivement orpheline. Sa grand-mère, qui l’avait élevé seule et avec une infinie tendresse, rendit son dernier souffle dans son lit, paisiblement. Lui ayant tenu la main lors de ses derniers instants, la jeune fille laissa ses larmes inonder son visage…

« Astrëa, le moment est venu. »

Eressëa, bien plus attristée par la disparition de son hôte qu’elle laissait le deviner, incita la jeune fille en pleure à procéder au pacte sans plus tarder malgré son chagrin encore vif. C’est alors que, très dignement, Astrëa fit face au galadrim qu’elle vit sous sa véritable forme pour la première fois, et tous deux se lièrent pour cette vie.

Vint alors le temps des révélations. Ce fut sans interrompre Eressëa une seule fois qu’Astrëa écouta religieusement le récit de celle-ci. L’esprit encore brumeux du fait du décès de son aïeul, la jeune fille ne sut ni quoi penser ni comment réagir face à l’histoire de son lointain passé. Bien évidemment surprise, elle ne prit pas immédiatement l’ampleur du secret qui devenait ce jour son fardeau à elle aussi. Dans l’immédiat, la confusion était sa seule compagne. Souhaitant prendre le temps de réfléchir à ceci loin de toute agitation silmériane, Astrëa quitta Enyä, se réfugiant dans la contrée voisine d’Erebö.

C’est là qu’elle fit la rencontre la plus improbable qu’il soit, celle de Balrög, qui deviendra son second galadrim. Alors que la jeune fille s’attardait près d’une étendue d’eau cristalline, son regard se posa sur un arbre particulièrement imposant. Mais ce n’était pas tant lui qui attira son attention, plutôt son ombre qui grandissait à mesure que le soleil déclinait. Laissant ses pensées vagabonder librement dans son esprit, Astrëa s’attarda dans sa contemplation. Et soudain, l’ombre se matérialisa, laissant alors apparaitre un être à l’apparence silmériane, bien que démesurément grand et… effrayant. La jeune fille se redressa et demeura parfaitement immobile, visiblement pas perturbée le moins du monde, mais plutôt fascinée. Seule Eressëa se montra méfiante.

« C’est un galadrim de la race des Zalafürs. Reste sur tes gardes, qui sait ce qu’il peut bien vouloir. »

La divinité à l’apparence d’un être démoniaque ne se décida à parler qu’après un long moment de silence.

« On me connait sous le nom de Balrög, je suis un galadrim affilié aux Ténèbres. Je viens te proposer un pacte. »
Comme s’il savait qu’Astrëa s’apprêtait à répliquer qu’elle était déjà liée avec un galadrim, il continua : « En sondant ton âme j’ai découvert que tu es de ceux capable d’accueillir en toi, non pas un, mais deux galadrims. Tu es ce qu’on appelle communément une conjuratrice. La décision te revient donc. A toi de choisir. »

Surprise par cette nouvelle et plus qu’inattendue révélation, Astrëa resta pantoise. C’est Eressëa qui se manifesta intérieurement la première.

« Tu ne devrais pas pactiser avec lui. »

D’ordinaire, Astrëa suivait les conseils de son galadrim. Mais cette fois-ci, elle était d’un avis différent. Il y avait quelque chose chez ce Zalafür qui l’intriguait, qui la séduisait même. Elle ne mit donc que peu de temps pour faire connaître sa réponse.

« J’accepte. »

Balrög et Astrëa scellèrent ainsi le pacte.


DÉCISIONS.

A Erebö, le temps pu faire son œuvre et la jeune fille finit par sécher ses larmes et se remettre de ses diverses émotions. Elle repensait chaque jour passant à ce que lui avait confié Eressëa, s’aventurant parfois à poser quelques questions. Après tout, c’était elle son dernier lien avec son passé et ses ancêtres. Comprenant toute l’importance et mesurant l’enjeu du secret de famille, Astrëa prit alors plusieurs décisions.

Tout d’abord, elle se rendrait à Sélumina afin de prêter allégeance à Néthys comme le fit Padmä jadis, car c’est cela qui sauva sa vie et celle de sa descendance. Une fois ceci fait, elle regagnerait Enyä pour rejoindre la confrérie des Télépathes dans le but de développer à son paroxysme la bénédiction psychique de sa déesse. S’il y avait bien une leçon à retenir de l’histoire de sa famille, c’était bien celle de ne jamais accorder sa confiance en dehors de ses galadrims. Or, quoi de mieux pour savoir à quoi s’en tenir que d’apprendre à percer l’esprit des gens pour voir à travers leurs mensonges ? Enfin, Astrëa rejoindrait la guilde des Brisevent dans l’intention de s’infiltrer à Algalar et espionner le conseil actuel. C’est uniquement de la sorte qu’elle parviendra à déterminer s’il est opportun ou non de tenter quelque chose…

À propos de vous

Pseudo / Prénom : Anjä
Âge : 22 jolis printemps
Hobbies : Le RPG, aller au ciné, le streaming, faire du sport, le shopping  Razz, promener mon chien ?, ...

Parlez nous de vous : Hm je suis une fille !

Origine de votre avatar : Daenerys by nopaperfuture - Deviantart

Depuis combien de temps fais-tu du rp ? Depuis mes 13 ou 14 ans avec des pauses, mais quoi qu'il arrive je retombe toujours toute entière dans le rpg  Razz

Comment as-tu connu le forum ? Top-site

Que penses-tu de celui-ci ? J'avais déjà complimenté votre beau travail, et je ne peux que continuer dans ce sens ! Je suis tombée sous son charme dès que je l'ai vu et plus j'en apprenais dessus, plus j'avais envie d'en apprendre. J'ai vraiment hâte de le voir grandir et évoluer ! Merci pour votre boulot acharné, c'est une belle réussite !
PS ~ Je me suis permise de modifier le codage de la fiche pour ajouter un champ pour mon second galadrim  I love you

Cranä Legends © Fiche personnage
avatar
Âge : 23
Date de naissance : 19/10/1993
Nombre de messages : 101
Date d'inscription : 16/07/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Astrëa ~ « La Liberté appartient à ceux qui l'on conquise. » Lun 21 Nov - 20:35
Très bonne fiche Astrëa ! Effectivement ça valait le coup Wink
Tu as bien intégré l'univers, il n'y a aucune incohérence tout est parfait.
Je t'invite à aller faire ton journal de bord (ne t'inquiète pas, ça ne devrait te prendre que quelques instants...normalement xD).

Bienvenue parmi nous jeune conjuratrice ! Cool
Astrëa ~ « La Liberté appartient à ceux qui l'on conquise. »Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Kára || La liberté appartient à ceux qui l’ont conquise.
» Tenue de druide (solstice) et sacktue de la liberté
» Pour ceux qui cherchent quoi faire ce weekend à Lyon !!!
» Juli ★ Le monde fleurit par ceux qui cèdent à la tentation.
» Les chemins de la liberté (Peter Weir)